Sélection de langue : DE FR IT  EN
Page: PUBLIQUE  PROFESSIONNELS     
 

Gros planEn quoi consistent les soins palliatifs?Quand faire débuter les soins palliatifs?Qui paie?FAQ Les soins palliatifs ont de l'avenirHistoire des soins palliatifsStratégie nationaleGlossaireOuvrages conseillésFilms

L'histoire des soins palliatifs

La mort est-elle l'ennemie de nos patients?
Mon devoir est de m'occuper de la santé du patient.

En certaines circonstances, la mort est dans l'intérêt de la santé.

Il n'est pas sain de faire traîner la mort en longueur.

Cicely Saunders








Elles existaient déjà au Moyen-Age dans toute l'Europe, les maisons qui accueillaient les pauvres, les malades et les mourants. Les malades y bénéficiaient d'une assistance physique et psychologique par des personnes très dévouées, ils étaient soignés et accompagnés dans le plus grand respect jusqu'à la mort. On appelait de telles maisons hospices. L'un des plus connus était l'«Hôtel Dieu» à Beaune.

En 1967, cette tradition fut reprise par une Anglaise, Cicely Saunders, fondatrice du St. Christopher's Hospice à Londres. Les malades incurables et mourants bénéficiaient à St. Christopher non seulement d'un traitement médical spécifique et de soins adaptés, mais aussi d'un soutien émotionnel, spirituel et social. Cicely Saunders devint ainsi la fondatrice du mouvement palliatif moderne. Elle décéda ainsi elle-même à St. Christopher en 2005 à l’âge de 87 ans.

St. Christopher devint le modèle de très nombreux établissements de soins palliatifs, en Angelterre  tout d'abord, puis dans 90 pays. En Suisse, la Genevoise Rosette Poletti commença à sensibiliser son environnement aux demandes en soins palliatifs à l'Ecole du Bon Secours de Genève dès 1970.

Les années 70 virent la naissance, à la suite des conférences d'Elisabeth Kübler-Ross en Suisse alémanique, de plusieurs groupes de bénévoles tels que Hospiz Aargau, l'Association zurichoise pour l'accompagnement des malades incurables ainsi que des groupes de bénévoles à l'Hôpital cantonal de Baden.

L’accompagnement en fin de vie et l’aide au suicide devinrent un sujet public en 1975 dans le cadre de l'«affaire Hämmerli». Quatre ans plus tard, le Centre des Soins Continus dans le canton de Genève commença a appliquer systématiquement  la médecine et les soins palliatifs. La Société Suisse de Médecine Palliative SSMP, dont l'objectif était de créer un réseau couvrant l'ensemble de la Suisse, fut fondée en 1988. La Société se voulait multiprofessionnelle dès le début et se nomme aujourd'hui palliative ch.

Au plan international les soins palliatifs ont été définis par l'Organisation Mondiale de la Santé en 2002. En Suisse aussi, les soins palliatifs prennent de plus en plus pied. La Stratégie nationale en matière de soins palliatifs 2010-2012, élaborée par la Confédération et les cantons en collaboration avec palliative ch et d'autres groupements intéressés, établit les critères pour la prise en charge, la formation, la recherche et le financement des soins palliatifs.